Jardin botanique de Deshaies
Bourse des Vols
Beauport new
Paradoxe
Autolagon

Petit Cul-de-Sac Marin

Plan d'eau - Petit-Bourg

Le Petit Cul-de-Sac Marin constitue l'une des deux larges baies de Guadeloupe (l'autre étant le Grand Cul-de-Sac Marin) reliées par la Rivière Salée, chenal maritime séparant la Basse Terre de la Grande Terre. Les nombreux îlets qui jalonnent la baie en font des lieux privilégiés. Ces îlets, dont la superficie varie de quelques hectares à quelques centaines de mètres carrés furent le lieu d'activités économiques au XVIIIè et au XIXè siècle. Les ressources liées à leur environnement se caractérisaient par des récifs coralliens étendus, des herbiers de Magnoliophytes marins et des mangroves littorales. L'administration coloniale les a parfois utilisés pour la signalisation maritime, la défense militaire ou l'installation de lazarets (établissements de mise en quarantaine). La baie du Petit Cul-de-Sac Marin bien protégée du vent et de la houle atlantique en partie grâce à un chapelet d'îlets, constitue un excellent mouillage pour les navires. Cette situation centrale a d'ailleurs favorisé la création de Point-à-Pitre en 1764. On compte une dizaine d'îlets dans la baie aujourd'hui, mais plus d'une dizaine a totalement disparu depuis la fin du XVIIIè. Une disparition causée par la destruction de la mangrove, la mort lente des coraux, l’élévation du niveau marin et les épisodes sismiques. Plusieurs ilets sont situés face à la Pointe Jarry. L'îlet Feuille, appelé aussi îlet à Petrelluzzi, du nom de la famille qui en est propriétaire depuis 1903, ne fait qu'1,5 hectare de superficie. Son voisin l'îlet Chasse, tient son nom du sieur Lazare Chasse qui en fait l'acquisition en 1804. Tout près de lui, l'îlet Boissard, et ses 4 hectares accueillit autrefois une tannerie. Au sud-est de l'îlet Boissard, l'îlet à Cochons, est le plus étendu du Petit Cul-de-Sac Marin. Dès la fin du XVIIIème siècle une partie de l'îlet fut consacrée à la défense militaire du port de Point-à- Pitre mais cela n'empêcha pas l'implantation d'activités économiques. Ces deux îlets abritent d'ailleurs depuis  le début du XIXè siècle des propriétés avec la présence sur l'ilet à cochons d'une cocoteraie et de plantations de bananiers attestant aussi d'une activité agricole. Outre la pêche exercée dès le XVIIIè et toujours appréciée de certains résidents qui possèdent encore embarcations, sennes et palans, la production de chaux réalisée à partir des madrépores de coraux eu son heure de gloire sur plusieurs ilets du Petit Cul-de-Sac Marin au milieu du XIXè. Des magasins implantés sur place témoignent que certains de ces îlets servaient à entreposer des marchandises issues du commerce maritime. Assez vite cependant les îlets les plus étendus, comme l'îlet Boissard et l'îlet à Cochons se tournèrent vers le tourisme de villégiature. Au large de Petit-Bourg, se trouvent deux petits îlets, l'îlet à Nègre et l'ïlet à Cabri, l'îlet Frégate de Haut des petits coins de nature à seulement 5 minutes de navigation de la ville, et plus au sud, l'îlet Fortune face à l'embouchure de la rivière La Rose, sur la commune de Goyave. Des îlets protégés par la barrière de corail avec une mer calme, chaude et peu profonde. Le dernier né, îlet en formation, au nord de l'îlet Fortune, est l'îlet Saint-Hilaire.

Petit Cul-de-Sac Marin. Vue sur l'îlet à Nègre et l'îlet à Cabri
Petit Cul-de-Sac Marin. Vue sur l'îlet à Nègre et l'îlet à Cabri
Petit Cul-de-Sac Marin. Vue sur l'îlet à Cochons depuis la Pointe Jarry
Petit Cul-de-Sac Marin. Vue sur l'îlet à Cochons depuis la Pointe Jarry
L'îlet Fortune
L'îlet Fortune
L'îlet Saint-Hilaire en formation
L'îlet Saint-Hilaire en formation
Les Heures Saines
Stand Up Paddle
Randonnée quad

    English version - - © 2012 Chemin Bleu - Tous droits réservés - Mentions légales - Réalisation Vincent Mallet