Beauport - Le pays de la Canne
Aquarium de la Guadeloupe
Jardin botanique de Deshaies
Rhum Karukéra
Green Blue Houses
Casino Saint François
village du littoral

Ancienne usine Marquisat

Architecture - Capesterre Belle-Eau

C'est en 1863 que Monsieur Lacaze-Poncou propriétaire de l'Habitation Marquisat, fit construire une usine exploitant toutes les possibilités offertes par la machine à vapeur. L'unité sucrière de Marquisat était alors une référence sur toute la Caraïbe. Sa capacité de broyage était de 600 tonnes par jour. Conçue sur deux niveaux, la structure abritait les différentes étapes de la transformation du jus. Deux voies ferrées assuraient le transport de la canne du Carbet et de Sainte-Marie et le sucre était acheminé, toujours par voie ferrée, jusqu'au port de Goyave. En 1892 pourtant, ne pouvant faire face aux difficultés, les propriétaires durent céder l'usine au Crédit foncier colonial qui avait financé l'opération. L'entreprise eut pour nom Société des Sucreries Coloniales, puis Compagnie Française de Sucrerie, et plus tard Sucrerie d'Outre-Mer. En 1946 après 4 années sans activité à cause de la guerre, l'unité fut modernisée afin de répondre à la forte demande métropolitaine. Les travaux, qui durèrent 5 années, se firent pendant l'intercampagne, pour ne pas perturber la production. La capacité de broyage atteignit 1200 tonnes, doublant la capacité de l'ancienne stucture. Les zones de stockage furent agrandies, l'organisation du travail fut rationnalisée et la mise en place d'équipements performants fut engagée (quatre séries de trois moulins à haut rendement, installation d'un turboréacteur Bréguet qui réutilisait les vapeurs, chauffage des chaudières avec la bagasse…). L'usine alimentait en énergie électrique la ville de Capesterre pendant toute la durée de la campagne sucrière par contrat avec la SPEDEG (prédecesseure d'EDF).
L'usine de Marquisat ferma en 1968, la siroterie en 1970. Il ne reste aujourd'hui de l'usine que les murs et la charpente métallique. Quelques artisans se sont installés dans une partie des bâtiments et la cour centrale est occupée par le service technique de la mairie. Le site reste un symbole fort de l'activité économique capesterrienne.

D'un riche passé sucrier, il ne reste qu'un grand mur de briques délabré
D'un riche passé sucrier, il ne reste qu'un grand mur de briques délabré
Ancienne usine Marquisat donne sur la D3, route de Routhiers
Ancienne usine Marquisat donne sur la D3, route de Routhiers
Ancienne usine Marquisat : quelques artisans se sont installés dans une partie des bâtiments
Ancienne usine Marquisat : quelques artisans se sont installés dans une partie des bâtiments
L'entrée principale donnant sur la cour centrale occupée aujourd'hui par le service technique de la mairie
L'entrée principale donnant sur la cour centrale occupée aujourd'hui par le service technique de la mairie
chemin bleu
vague d'argent
karukera
Beleau Car

    English version - - © 2012 Chemin Bleu - Tous droits réservés - Mentions légales - Réalisation Vincent Mallet