Beauport - Le pays de la Canne
Aquarium de la Guadeloupe
Jardin botanique de Deshaies
Rhum Karukéra
Green Blue Houses
Casino Saint François
village du littoral

Stèle du Neg Mawon

Monument - Petit-Bourg

Inaugurée le 27 mai 2013 sur la route des Mamelles, au pied du Morne à Louis, elle rend hommage au nèg-mawon, esclave révolté ayant fui l’habitation. Le code noir (deux versions : 1685 et 1724 sous Louis XV) donnait à l'esclave un statut intermédiaire entre celui d'homme libre et bien meuble. Il était considéré comme un "être de Dieu", avec une existence légale, mais sans personnalité juridique. Si le code prévoyait l'intervention des intendants contre les abus des propriétaires, il prévoyait des châtiments à l'encontre des révoltés et des fugitifs (les nègres marrons). La pratique des mutilations pour les esclaves était progressive : on coupait les oreilles, puis le jarret, la troisième évasion pouvant être punie de mort. Outre leur condition d'esclaves pour les travaux (aux champs, aux ateliers, domestiques etc.) les hommes furent envoyés au combat contre l'ennemi, principalement les Anglais. L’esclavage entraînait évidemment beaucoup de suicides individuels et collectifs. Les soulèvements d'esclaves étaient fréquents. Ils étaient sévèrement punis et exécutés, à l'exemple de la révolte menée par Pèdre et Leblanc, en 1656 (écartelés), le noir Latulipe et ses compagnons en 1737 (pendus), le mulâtre Jean-Louis puis Bonhomme et Zéphir en 1791 (torturés et exécutés) et de nombreux autres qui subirent humiliations et tortures. 

 
 
A l'entrée de la route du Morne à Louis
A l'entrée de la route du Morne à Louis
Libre, solide, en pleine nature
Libre, solide, en pleine nature
Un lieu de mémoire régulièrement honoré
Un lieu de mémoire régulièrement honoré
Hommage aux fugitifs
Hommage aux fugitifs
chemin bleu
Toque & Délices
pas comme les autres
pas comme les autres 2
Karamel

    English version - - © 2012 Chemin Bleu - Tous droits réservés - Mentions légales - Réalisation Vincent Mallet