Beauport - Le pays de la Canne
Aquarium de la Guadeloupe
Jardin botanique de Deshaies
Rhum Karukéra
Green Blue Houses
Casino Saint François
village du littoral

Quartier de l'assainissement

Paysage - Pointe-à-Pitre

Situé au nord des boulevards Hanne et Faidherbe, limité à l'ouest par le boulevard Legitimus, à l'est par le boulevard Nelson Mandela et le boulevard des Héros et s'étendant jusqu'au carrefour Miquel en mordant sur le territoire des Abymes, le quartier de l'Assainissement symbolise le renouveau urbain de Pointe-à-Pitre et de son agglomération. A la fin du XIXè siècle, l'activité croissante de la ville et du port attira en effet vers Pointe-à-Pitre une main-d'œuvre de plus en plus nombreuse qui cherchait à se fixer près de son lieu de travail. L'espace urbain limité par les boulevards et la rue Vatable ne suffisait plus a accueillir la population. Le plan de 1863 montrait déjà que les faubourgs nord de la ville commençaient à se former et la municipalité avait prolongé les principales rues méridiennes de l'ancienne ville au-delà des fossés des boulevards franchis par des ponts.
Ces longues rues appelées “faubourgs“ donnaient au site une esquisse de plan qui fut complété à la fin du XIXè par des rues transversales. Sur cette zone marécageuse, les rues étaient aménagées en remblai. De part et d'autre étaient creusés des fossés pour le drainage des eaux. Les nouveaux citadins recherchaient évidemment les endroits les moins marécageux pour poser leur case sur 4 pierres. Spéculation, occupation sans titre, locations illégales de baraques sans eau ni électricité n'ont fait qu'accélérer la décision des autorités de mettre un terme à ces pratiques fâcheuses et de lancer un vaste plan de réaménagement de ces zones. Le cyclone de 1928 donna au projet une véritable impulsion. Les quartiers dits de “l'assainissement“ sont les premiers résultats de ces efforts. En 1929, le gouverneur Bernard confia les études de faisabilité au service des Travaux Publics de la ville. Il fut décidé de remblayer la zone au nord des boulevards et du chemin des Petites Abymes, limitée à l'est par le canal Raizet récemment creusé et le morne du cimetière à l'ouest, soit près d'une quarantaine d'hectares. L'aide accordée par la colonie française initia un programme de grands travaux et l'on assista à l’émergence d’une architecture nouvelle, marquée par l’œuvre d’Ali Tur. Envoyé par le ministère des Colonies, cet architecte introduisit le béton armé, qu'il appliqua d'ailleurs à tous les éléments de construction (fondation, colonnes, poutres, sols, toit plat, galerie) et construisit de nombreux édifices en Guadeloupe, dont plusieurs dans le quartier de l'Assainissement.
Cette rénovation permit à de nombreux habitants de quitter leurs cases insalubres des quartiers périphériques pour des logements neufs. Les travaux furent effectués par tranches successives. Vers 1952, soit près de 20 ans après le début des travaux, une quinzaine d'hectares avaient été assainis. Se posaient toujours les contraintes des occupants illégaux et des difficultés d'expulsion. Repoussant les cases mètre par mètre, de nombreux édifices sortirent de terre. Les architectes Guérino Diligenti, Gérard Michel Corbin et Edmond Mercier, toujours dans la lignée du courant moderniste inspiré par Ali Tur construisirent plusieurs bâtiments emblématiques du quartier. Le Grand Hôtel (1948) devenu siège de la Chambre de commerce et d'industrie est l'œuvre de Diligenti. Le Palais de la Mutualité qui se dresse à l'angle des rues Hincelin et Paul Lacavé a été construit en 1945 par l'architecte Gérard-Michel Corbin, qui participa largement à la reconstruction du quartier entre 1930 et 1960 puisque concepteur notamment, hormis le bâtiment déjà cité, de 9 immeubles d’habitation modernes et plusieurs autres édifices publics. Dans la même période furent bâtis l'église du Sacré-Cœur, une banque, une limonaderie, une clinique, une école et de nombreux immeubles privés ou collectifs, notamment la résidence Les Lauriers, construite en 1971, accueillant aussi plusieurs commerces, voisinant avec la résidence Ernestine Webbe et l'école maternelle Fernande Bonchamps. Le quartier abrite aujourd'hui, outre l'église et le Palais de la Mutualité bien en vue, plusieurs autres édifices publics comme la Chambre de Commerce et d'Industrie, le siège de la Communauté d'agglomération Cap Excellence, trois établissements scolaires, le Centre José Marti, le cinéma Rex, des commerces et de nombreuses résidences qui donnent à ce quartier un rôle de premier plan dans l'activité économique et l'animation de Pointe-à-Pitre. Sous l'impulsion de Cap Excellence, illustrant la volonté des autorités conjointes de Pointe-à-Pitre et Les Abymes de poursuivre la reconquête de la ville et l'organisation des espaces publics, le quartier continue à se moderniser avec une récente opération sur les rues reliant les ronds-points d’Ignace et de Miquel.

chemin bleu
route du rhum
Le Petit Jardin

    English version - - © 2012 Chemin Bleu - Tous droits réservés - Mentions légales - Réalisation Vincent Mallet