Beauport - Le pays de la Canne
Aquarium de la Guadeloupe
Jardin botanique de Deshaies
Rhum Karukéra
Green Blue Houses
Casino Saint François
village du littoral

Tour du Père Labat

Monument - Baillif

En 1703, Jean-Baptiste Labat (1663-1738), père dominicain aux dons exceptionnels, alors ingénieur du roi, est appelé par le gouverneur Auger pour mettre en place un système de défense contre les attaques anglaises. Le Père Labat fait construire en Guadeloupe plusieurs murs et fortifications, en particulier cette tour de défense, pour protéger l'Habitation-sucrerie Marigot, alors propriété des dominicains. La tour est comblée jusqu'à mi-hauteur de pierres et de sable formant une plate-forme sur laquelle une pièce de douze est placée. Elle devait compter trois étages, mais la soudaineté de l'attaque anglaise stoppa sa construction et l'unique canon ne résista pas au feu de l'ennemi. Une barrière naturelle de cactus, dits “raquettes“ autour de la tour freinait l'approche des éventuels assaillants. Baillif était à cette époque défendue par plusieurs batteries, celle du Gros François, de Saint-Dominique et la tour du Père Labat.
Entré à 19 ans au couvent des Dominicains de la rue Saint-Honoré à Paris, Jean-Baptiste Labat y poursuit ses études avant d’enseigner la philosophie et les mathématiques à Nancy. En 1693 il partit pour les îles. Arrivée en Martinique alors en plein conflit avec les Anglais ; successions de chocs à la vue de paysages étonnants, de blessés nombreux, d'esclaves maltraités… qui n'altèrent cependant pas son tempérament bien trempé. Homme aux multiples compétences (architecte, mathématicien, philosophe, écrivain, stratège, gestionnaire, pasteur), il parcourt les Antilles de Saint-Domingue à la Grenade. Il est élu supérieur de la mission et nommé vice-préfet à La Martinique. En 1705, en délicatesse avec les religieux placés sous sa responsabilité, il repart pour la France. Exilé à Toul en 1709 il se rebelle encore et part pour l’Italie. En 1716, il regagne le couvent de la rue Saint-Honoré où il exerce les fonctions d’agent du Maître général de l’Ordre. Publiée en 1722, son œuvre maîtresse “Nouveau voyage aux isles de l’Amérique“, est écrite à partir de ses notes de voyage. Il produira plusieurs autres ouvrages inspirés de ses voyages, lectures, observations et réflexions. Exceptionnel narrateur, il a notamment si bien décrit les moulins qu’ils sont devenus “du type Père Labat“.

Tour du Père Labat. Tour de défense, en première ligne
Tour du Père Labat. Tour de défense, en première ligne
Tour du Père Labat . Le canon a retrouvé sa place
Tour du Père Labat . Le canon a retrouvé sa place
La tour est comblée jusqu'à mi-hauteur de pierres et de sable
La tour est comblée jusqu'à mi-hauteur de pierres et de sable
Baillif, la Tour du Père Labat récemment restaurée
Baillif, la Tour du Père Labat récemment restaurée
chemin bleu
caprice des îles
Paradis tropical

    English version - - © 2012 Chemin Bleu - Tous droits réservés - Mentions légales - Réalisation Vincent Mallet